2 Neurones & 1 Camera

Olivier Thereaux

2022: Retrospective

Pour quelqu'un qui s'exhibe sur ce site depuis plus de vingt ans, il serait sans doute paradoxal de parler de pudeur — et pourtant: le choix, inconscient mais constant, de préférer plutôt qu'au déballage complet de mon monologue interne, de laisser parler les lieux qui me touchent servent sans doute de rideau de tulle qui révèle et titille autant qu'il obscurcit.

L'année 2022 se termine, avec son lot de traumatismes et de douleurs, une vie sociale encore trop centrée sur les cimetières, et malgré tout: un optimisme et un regain d'envie. Une envie nourrie par le retour à la possibilité du voyage, même si une conscience écologique plus développée bridera tout risque de retour aux excès des années 2000.

Nourrie par un esprit apaisé, aussi: survivre, c'est ré-apprendre à vivre.

Les deux ans et quelques de pandémie ont changé les critères de définition de mes moments clé. Alors que je résumerais sans hésitation mon année 2018 par l'opportunité d'arpenter quelques uns de mes endroits favoris sur cette planète, l'an 2022 sera gravé dans ma mémoire à mesure égale des excursions à vocation familiales et des moments domestiques et culturels.

De Saint-Brieuc à Saint Kilda, mes voyages auront été sous le signe de la reconnection, de la chaleur humaine.

Côté culture, c'est peut-être une question d'âge, ou peut-être simplement qu'un déménagement aura d'abord caché, puis révélé de nouveau le contenu de nos étagères, un bon prétexte à revisiter, gourmand, les livres d'art et d'architecture, et re-feuilleter les bouquins d'urbanisme et de philosophie qui me fascinaient tant lors d'une précédente décennie.

Alors ce n'est peut-être pas une coïncidence alors que deux de mes moments les plus forts auront eu pour trame l'horreur existentielle d'un univers dénué de sens, et un message simple mais présenté à travers une execution narrative virtuose; et que ma lecture préférée aura parlé de Jane Jacobs et Le Corbusier.

En mai, encore un peu agora- et claustrophobe, j'allai voir "Everything Everywhere All at Once", sans imaginer à quel point son propos toucherait ma sensibilité d'adulte, d'immigrant de tierce culture, d'être humain. Jamais je n'aurai pensé qu'un dialogue métaphysique entre deux cailloux pourrait me faire hoqueter de rires et de pleurs en même temps. Et pourtant.

À la fin de l'été, j'achetai d'occasion une console de la précédente génération, vendue avec une sélection du meilleur des 5 ou 6 dernières années. Au milieu des épopées cinématiques de 50 heures, bien foutues mais sans surprises, une belle claque: un jeu qui, dès les premières minutes, désoriente par son refus de se conformer à un seul genre, et qui passe subrepticement du cliché hyper-cinétique, violent, sexualisé, à… autre chose.

Des retournements de perspective à faire pâlir Rashomon d'envie, une propension à se moquer sainement de Jean-Paul, Immanuel, Friedrich et des autres. Au fil des heures, NieR: Automata s'est avéré être l'une des plus belles et plus profondes expériences ludo-narratives de mes quelques décennies de jeu video.

Dans un registre plus calme, ma lecture de l'année aura sans doute été "Seeing Like a State".

Pas vraiment trépidante —la palme dans cette catégorie revient à "Heaven" de Mieko Kawakami, inhalée en une traite dans un avion. Non, plutôt ce genre de bouquin dont on lit une page, que l'on repose avec la tête qui tourne, et auquel on revient quelques jours plus tard, le temps d'avoir digéré.

Dense, complexe, pas forcément la meilleure prose du genre, mais un bouquin qui vous change, et devrait être lecture obligatoire pour quiconque est amené à gérer des systèmes complexes, des projets, des lieux, de l'humain, du vivant, du social.

Tout le monde, donc.

Avant/Après

Melbourne

2022-12-26

Août 2022: retour aux antipodes, en hiver cette fois, pour y découvrir la ville dans la ville dans la ville.

À suivre / 18 photos


Dans les environs

Rituels

2022-02-20

Alors, dans cette routine cadrée de quatre murs, pas tout à fait le "voyage autour de ma chambre" de de Maistre mais presque, j'observe ma reconfiguration en animal casanier, la transcendence de l'habitude au rituel

À suivre / 4 photos


Ce qui compte

2021-12-30

Quand on parle données chaque jour, il faut parfois savoir se souvenir de mesurer ce que l'on a vraiment à cœur.

À suivre / 5 photos


Lockdown

2021-04-18

2020.

À suivre / 24 photos


Lewes

2017-03-19

Janvier 2017

À suivre / 8 photos